Saint Casimir (+1484)

Il est le deuxième des treize enfants du Grand-Duc de Lituanie, devenu roi de Pologne, Kazimierz Jagellon le Grand. Il a treize ans quand son père lui commande d’aller ceindre la couronne de Hongrie. Mais il devra livrer bataille. Casimir refuse une couronne qu’il lui faudra conquérir dans un bain de sang chrétien. “J’ai en vue, écrit-il alors, une union de la Hongrie avec la Pologne, mais pas une guerre fratricide. Régent de Pologne en l’absence de son père, prince intelligent et généreux, il accomplit ses fonctions avec conscience et justice. Atteint de tuberculose pulmonaire, il refuse les moyens qu’on lui propose pour sauver sa vie. Il avait fait voeu de chasteté et ses médecins lui proposaient d’abandonner ce voeu comme étant le meilleur moyen de guérir : ” Plutôt mourir que de commettre le péché.” Au milieu d’une cour luxueuse, il sut garder un grand amour des pauvres et de la pauvreté grâce à une vie de prière intense. Il est le patron de la Lituanie, mais la Pologne ne l’oublie pas dans ses prières.

Je ne prends pas la parole pour accuser les riches. Je vise les riches qui usent mal de leur richesse, car la richesse n’est pas un mal. Encore faut-il s’en servir comme il faut.

(Saint Jean Chrysostome)

Le prince royal ne peut rien faire de plus noble que de servir le Christ caché dans les pauvres. En ce qui me concerne, je ne veux que servir les plus pauvres d’entre les pauvres.

(Saint Casimir en réponse à l’un de ses interlocuteurs)

Le saint du jour présenté aujourd'hui est l'un des saints choisi parmi ceux proposés par l'Église. Chaque jour, l'Église honore plusieurs saints et bienheureux : ceux du calendrier romain (sanctoral romain), ceux des calendriers diocésains et ceux du calendrier des églises orientales (synaxaire).