Simples témoins de l’amour de Dieu

La mission d’une aumônerie d’hôpital est d’aller à la rencontre des personnes malades, de leur famille et du personnel soignant, qui en ont fait la demande.

Comme Jésus envoyait ses disciples, deux par deux, je ne suis pas seule dans cette mission. Il y a un groupe d’une quinzaine de bénévoles qui m’accompagnent. Un service leur est confié pour des visites régulières, par l’écoute, un temps de lecture et de prière. Nous n’avons personne à séduire ou à convaincre. Nous ne venons pas pour occuper le terrain. Nous sommes simplement des témoins de l’amour de Dieu.

Quand on m’a demandé si je pouvais remplacer l’ancien aumônier qui partait à la retraite, j’ai dit “oui” en pensant que je n’en serais pas capable. Je ne pense pas être une personne très calme, patiente et qui sait écouter ! En plus, le milieu hospitalier me faisait peur, donc il n’y avait pas beaucoup de positif. Mais quand le Seigneur vous demande quelque chose, étant donné qu’Il vous connait mieux que vous-même, eh bien voilà… je me suis retrouvée responsable de l’aumônerie !

Une des premières complications était de me retrouver « chef » d’équipe… je ne l’avais jamais imaginé surtout avec une équipe dont les membres étaient déjà bénévoles depuis plus de 10 voire 20 ans. Que me veut-il ? Je dois aller visiter les malades, ou m’occuper des personnes non malades ?” Je ne sais pas pourquoi le Seigneur m’aime autant, de manière si radicale

J’ai fini ou plutôt commencé à comprendre que Jésus ne nous envoie jamais tout seul, c’est aussi comme ça dans la vraie vie !

Petit à petit, je comprenais que la mission de l’aumônerie c’est l’Eglise de Jésus, qui offre une relation amicale, un sourire ou une main tendue par sa présence dans un milieu de souffrance, et de temps en temps de joie, parce que la vie jaillit et même rejaillit.

Que ce soit par nos visites, par notre écoute, c’est Jésus qui visite et qui est visité. Quand les gens sont heureux, je me dis que Jésus est passé par là ! Quand vous êtes appelés ou que quelqu’un vous appelle, c’est Jésus qui appelle, c’est Jésus qui nous conduit. En fait, ce que je n’avais pas compris c’est que j’étais sur un tapis roulant et c’était Jésus qui guidait le mécanisme.

Pourquoi je le fais ? Mais pour Jésus !  Il a dit : « Ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites » ? Donc quand je vais visiter mes frères et sœurs, c’est Jésus que je vais visiter et en même temps c’est Jésus qui visite à travers moi qui ne suis pas grand-chose.

Dieu est proche des hommes, sa façon d’aimer est déjà en la personne que je rencontre : il nous faut le détecter, le voir et le contempler. Il est là : Aimer cette personne, c’est là l’objet de notre mission. Lorsque je donne la communion, je pense au visage du Christ en croix, aux souffrances qu’Il a endurées pour nous et à l’amour qui a jailli au troisième jour. Quand je donne la communion à l’hôpital, le visage de toutes ces personnes devient tellement radieux, lumineux, joyeux et rassuré, que ça ne peut être que le visage du Christ, Celui qui, par amour pour nous, s’est donné !

Otilia Vieire Alves