Figures marquantes de diacres

  • Saint Athanase – Diacre de l’Anastasis de Jérusalem (✝ 451)

    Diacre de l’Anastasis de Jérusalem où il fut assassiné en 451 ou 452 , peu après le Concile de Chalcédoine.

  • Saint François d’Assise – Diacre

    Fondateur de l’ordre des Frères mineurs (✝ 1226) Jean Bernardone (1186-1226) vécut dans le dénuement et prêcha la pauvreté à l’Eglise qui en était bien éloignée. Il fonda les « Frères Mineurs » puis, avec Sainte Claire, les « Pauvres Dames » (clarisses). Il voyagea en Egypte pour y convertir le sultan. Il reçut les […]

Si l’on admet que « Les Sept » institués à Jérusalem (Ac 6) étaient les précurseurs des diacres, on doit d’abord citer :

– Saint Étienne, diacre et premier martyr + 35

Étienne est le premier martyr de l’Église. Aussi son témoignage a-t-il toujours gardé une valeur exemplaire. Choisi comme chef des Sept qui devaient décharger les Apôtres des tâches matérielles, il prit aussi sa part dans l’annonce de la Bonne Nouvelle. C’est en témoin de Jésus ressuscité, en imitateur de sa passion, qu’il mourut à Jérusalem.
«Étienne, plein de grâce et de puissance, opérait des prodiges et des signes remarquables parmi le peuple … «Jésus, reçoit mon esprit… Puis Étienne fléchit les genoux et lança un grand cri: «Seigneur, ne leur compte pas ce péché.» Et sur ces mots il mourut.»

– Saint Philippe , diacre ‘Apôtre de la Palestine’ (✝ 80)

Il fut l’un des sept premiers diacres ordonnés par les Apôtres. (Ac 6) . Il évangélisa la Samarie et baptisa le fonctionnaire de la reine d’Ethiopie après lui avoir annoncé la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, serviteur prophétisé par Isaïe (Ac 8)

– Saints Procore, Nicanor, Timon, Parménas et Nicolas diacres (1er s.)

Avec Étienne et Philippe, ils formèrent le groupe des Sept, estimés de tous, remplis d’Esprit Saint et de sagesse, que l’assemblée des disciples choisit et présenta aux Apôtres, et à qui ceux-ci imposèrent les mains pour qu’ils s’appliquent à la tâche de servir les pauvres. (Ac 6)

————————————————————————————————————————————–

Saint Sixte II, (pape) et ses quatre diacres, martyrs (+ 258)

Le pape Sixte II, en effet, célébrait les saints mystères et enseignait à ses frères les commandements divins au cimetière de Calliste, lorsqu’il fut arrêté par des soldats, en vertu d’un rescrit de l’empereur Valérien, et décapité sur le champ avec quatre diacres. Le même jour, deux autres diacres, Agapit et Félicissime, furent également décapités au cimetière de Prétextat, où ils furent inhumés.

————————————————————————————————————————————– Saint Laurent, martyr (+258)

Le diacre Laurent était archidiacre à Rome, auprès du Pape Sixte II, au temps des persécutions de l’empereur Valérien. Le récit légendaire de sa Passion le montre refusant de livrer les biens matériels et les archives dont il a la garde. Il aurait alors rassemblé tous les chrétiens malades, orphelins ou infirmes et les aurait amenés au palais en disant à l’empereur: ‘Voilà tous les trésors de l’Église !’.

Il fut mis à mort (brûlé sur un gril) à Rome le 10 août 258, quatre jours- après le pape Sixte II et ses quatre diacres.

————————————————————————————————————————————–

– Saint Cyriaque et ses compagnons – Martyrs à Rome (✝ v. 304)

Cyriaque, Large, Crescentien, Memmie, Julienne, Smaragde, un groupe de 24 martyrs qui auraient souffert à Rome, sur la voie d’Ostie, au septième mille de Rome.

Cyriaque était diacre, l’église Saint-Cyriaque des Thermes de Rome lui est dédiée.

Saint Cyriaque et ses compagnons sont de l’époque des persécutions. Connus dès le VIe siècle, ils avaient été enterrés sur la voie d’Ostie… Maximilien voulant plaire à l’empereur fit construire un luxueux palais par des ouvriers chrétiens. Un riche chrétien Thrason aidé de Cyriaque et de ses compagnons les secourait. Leur dévouement fit l’admiration du pape Marcel qui ordonna Cyriaque diacre. Surpris dans l’exercice de leur charité, ils furent envoyés en prison. Sisinius, l’un d’eux fut décapité. Cyriaque fut libéré après diverses péripéties dont la guérison de la fille de Dioclétien et de celle du roi de Perse qui étaient tourmentées par des démons. Dioclétien fit don à Cyriaque d’une maison qui devint une église qui devait plus tard porter son nom. Lors d’une absence de l’empereur, Cyriaque et une vingtaine de chrétiens furent décapités sur la voie Salaria… (d’après Église de Corse en prière – diocèse d’Ajaccio)

———————————————————————————————————————————

– Saint Césaire – Martyr en Campanie dans le Latium (date ?)

Une fête païenne voulait que chaque année un jeune homme fasse le sacrifice de sa vie en l’honneur d’Apollon. Après une cérémonie rituelle et dans « cette nudité qui est la plus grande magnificence de la beauté d’Apollon », il devait se précipiter dans la mer pour s’y noyer. Le diacre Césaire fut témoin de cette horrible scène qu’il condamna publiquement. Arrêté, il fut lui aussi jeté immédiatement à la mer. Au moment de la conversion de l’empereur, il devint le titulaire d’une des chapelles impériales.

———————————————————————————————————————————–

– Saint Vincent – Martyr (+304)

Vincent, diacre de Saragosse, fut mis à mort à Valence (Espagne) avec son évêque Valère en 304 ou 305, après avoir subi la torture. Comme le diacre Laurent de Rome, Vincent offre le modèle accompli du service dans l’Église: ministre de l’évêque pour l’offrande du sacrifice et le gouvernement de la communauté, le diacre doit l’accompagner aussi à l’heure suprême du témoignage.

« … Le diacre Vincent gardait confiance en parlant, il gardait patience en souffrant… Que nul ne présume donc de son coeur, quand il prononce la parole; que nul ne se confie à ses forces quand il subit l’épreuve. En effet, lorsque nous disons sagement de bonnes choses, notre sagesse vient de Dieu, et lorsque nous souffrons courageusement de mauvaises choses, notre patience vient de lui … » (Homélie de saint Augustin pour la fête de saint Vincent)

————————————————————————————————————————————–

– Saint Ephrem de Syrie – Docteur de l’Église (+373)

Le diacre Ephrem était chargé de l’école théologique de Nisibe lorsque surgirent les Perses (363) et il dut se réfugier avec ses élèves à Édesse, où il mourut (373). Il menait une vie de contemplation, qu’il entretenait par une grande austérité. C’est de sa flamme intérieure que jaillissait ce lyrisme qui a fait de lui «la harpe du Saint-Esprit».

«Par tes sacrements, puissions-nous t’embrasser chaque jour en te recevant dans notre corps. Rends-nous capables d’expérimenter en nous-mêmes la résurrection que nous espérons. Donne-nous la joie de ta grâce …»

————————————————————————————————————————————

Saint Benjamin de Perse – Diacre, martyr en Perse (✝ 401)

Diacre et martyr en Perse. A la suite d’une provocation de l’évêque de Ctésiphon en Perse qui avait perdu la raison et qui détruisit un temple païen, le roi Yezdigerd déclencha une cruelle persécution de trois années. Benjamin fut arrêté parce que sa prédication convertissait beaucoup de magesadeptes du dieu Soleil. Il fut soumis à la torture et condamné à mort pour avoir préféré adorer le Christ plutôt que le soleil, son éclatant symbole.

À Argol en Perse, vers 422, saint Benjamin, diacre. Comme il ne cessait de prêcher la parole de Dieu, sous le roi Bahron V, on lui enfonça des roseaux aigus sous les ongles et il acheva son martyre.

————————————————————————————————————————————–

– Saint Athanase – Diacre de l’Anastasis de Jérusalem (✝ 451)

Diacre de l’Anastasis de Jérusalem où il fut assassiné, peu après le Concile de Chalcédoine par des partisans d’Eutychès. Il professait le Christ, vrai Dieu et vrai homme, alors que cette hérésie niait cette double et plénière nature en la personne du Christ.

Il fut assassiné à Jérusalem en 451 ou 452 par le moine hérétique Théodose, à qui il avait reproché son impiété et son infidélité à l’enseignement du Concile de Chalcédoine.

– Alcuin (v. 735-804)

Moine diacre anglo-saxon à la vaste culture, chargé de l’école du palais de Charlemagne. Il joua un rôle capital dans la renaissance carolingienne. Il combattit l’adoptianisme * et fut aussi abbé de Saint Martin de Tours.

* Hérésie des premiers siècles du christianisme qui consiste à voir dans le Christ, non pas Dieu fait homme, mais un homme adopté par Dieu. L’adoptianisme se veut un monothéisme pur mais rejette ou déforme des dogmes essentiels au christianisme. Les chrétiens affirment dans le Credo que «Jésus est né Dieu». L’union entre la nature humaine et la nature divine dans le Christ se fait de manière intrinsèque. Le concile d’Antioche en 268 a condamné l’adoptianisme.

Glossaire de l’Église catholique

————————————————————————————————————————————–

 

– Saint François d’Assise – Diacre,

Fondateur de l’ordre des Frères mineurs (✝ 1226)

 

Jean Bernardone (1186-1226) vécut dans le dénuement et prêcha la pauvreté à l’Eglise qui en était bien éloignée. Il fonda les « Frères Mineurs » puis, avec Sainte Claire, les « Pauvres Dames » (clarisses). Il voyagea en Egypte pour y convertir le sultan. Il reçut les stigmates de la Passion du Christ. Fêté le 4 octobre.

Du jour où il rencontra Jésus à Saint-Damien au jour où il mourut à la Portioncule, tout au long de la vie itinérante qu’il mena avec ses frères, les Mineurs, François, le petit Pauvre d’Assise (1182 – 1226), n’a jamais eu d’autre souci que de suivre Jésus, dans la joie, la simplicité du coeur, l’attachement à l’Église, et une tendresse qui allait à tous. Par une grâce extraordinaire, il reçut les stigmates sur le mont Alveme.

«… Nous ne devons être ni sages ni prudents selon la chair,- mais nous devons plutôt être simples, humbles et purs. Jamais nous ne devons désirer d’être au-dessus des autres; mais nous devons plutôt être serviteurs et soumis, à cause de Dieu … » (Lettre de saint François)

————————————————————————————————————————————